Cornélia Federkeil secrétaire générale de l’AAM

Nomination de Cornélia Federkeil au poste de Secrétaire générale de l’AAM

Diplômée de l’IEP de Strasbourg (section relations internationales) Cornélia Federkeil a étudié au Collège d’Europe à Bruges - Belgique - pour intégrer à sa sortie, en 1988 l’organisme européen chargé de la mise en œuvre du programme de mobilité des étudiants, ERASMUS, en tant qu’administrative officer. Après avoir rejoint le cabinet de lobbying Persephone au sein duquel elle développe le département Europe, c’est en 1996 qu’elle occupera la fonction de chargée des dossiers européens au GEMA - groupement des entreprises mutuelles d'assurance. En 1999, elle intègre la FNMF - Mutualité Française - en tant que responsable des affaires publiques européennes. Depuis juin 2016, à la création de l’AAM Association des Assureurs Mutualistes, Cornélia Federkeil était Secrétaire générale adjointe.


4e Assises Internationales de la Coopération et du Mutualisme

4e Assises Internationales de la Coopération et du Mutualisme

L’AAM a été partenaire des Quatrième Assises internationales de la coopération et du Mutualisme qui se sont tenues le 3 février 2017 à l’université Paris Dauphine sur le thème « l’Emploi des jeunes : ubérisation, coopération et mutualisme ».

Ces assises ont été l’occasion de réunir autour de 300 personnes issues des mondes de l’entreprise, de l’université, des étudiants. Ce fut l’occasion pour le Président de l’AAM, son vice-président, André Renaudin d’apporter leurs visions tant sur l’état du monde que la régulation et l’emploi.

Deux études ont été publiées par le CREFIM (Centre de recherche sur la finance mutualiste) de l’Université Paris VIII, en marge des Assises sur le thème de la résilience dans la crise financière de 2007/2008 des assureurs mutualistes face à leurs homologues sociétés par action et sur la résistance des banques coopératives ;

A l’issue de ces Assises, une Déclaration a été adoptée mettant en exergue trois propositions, en voici les grandes lignes :

Pour permettre aux institutions mutualistes et coopératives de contribuer le plus efficacement possible à la création d’emploi en particulier pour les jeunes, trois conditions au moins doivent être remplies :

  1. Les politiques doivent (…) prendre clairement parti pour la défense de ce modèle. L’écrasante majorité des réglementations élaborées au niveau international comme au niveau national prennent pour référence le modèle d’entreprise privée de type capitaliste. Cette adaptation ne doit pas se faire ex post une fois la réglementation élaborée mais ex ante en associant plus étroitement les structures mutualistes et coopératives et leurs représentants à la conception même des réformes.

  2. Les institutions mutualistes doivent donner la priorité à l’emploi des jeunes. Ceci implique qu’elles poursuivent leur modernisation dans quatre directions au moins :
    • Une association plus étroite des jeunes dans leurs instances représentatives ;
    • La poursuite de leur mondialisation mais aussi de l’ancrage sur leurs territoires, atout démocratique mais aussi économique du modèle mutualiste et coopératif ;
    • Le développement de leur communication afin de mieux faire connaître ce modèle et un lien plus étroit avec le monde de la formation et de l’éducation ;
    • Une implication renouvelée en matière de nouvelles technologies, condition nécessaire à la création de valeur et de compétitivité, offrant aux jeunes des opportunités de carrières, des « passerelles » vers les nouvelles formes d’organisation du travail que les nouvelles technologies suscitent et permettent.


  3. Les jeunes doivent examiner, dans leurs recherches de formations et d’emploi, les formes d’entreprises coopératives et du mutualisme.

Solvabilité 2

Le point sur Solvabilité 2

La réunion de la Comex de l’AAM en janvier a permis de faire le point sur l’actualité de Solvabilité 2 et de créer un « groupe contact » dédié exclusivement au sujet.

Ce groupe composé de 23 personnes issues de 20 sociétés adhérentes à l’AAM s’est réuni le 20 janvier. Il a en particulier examiné les travaux de l’Autorité européenne des assurances et des pensions professionnelles (AEAPP/EIOPA) sur la révision du règlement d’application de Solvabilité 2.

Première mission pour le groupe contact : faire valoir la spécificité mutualiste en contribuant en priorité aux travaux de l’AMICE.

Deuxième mission, mener les vérifications sur l’adéquation entre les positions de la fédération Insurance Europe et de l’AMICE.


Paris, 18 mai 2016, création des l'Association des Assureurs Mutualistes

Chronique d’une naissance attendue, l’AAM a vu le jour le 18 mai 2016

L’AAM a vu le jour le 18 mai 2016 afin de promouvoir les spécificités des assurances mutualistes.

Dès 2015, le rapport de la commission Jacquot* prônait le regroupement de la famille mutualiste au sein d’une seule entité. Autre objectif affiché : pérenniser la particularité mutualiste au sein de la profession d’assureur, dans un contexte en pleine mutation symbolisé par l’émergence d’une fédération unique, la FFA. En d’autres termes, les assureurs mutualistes devaient plus que jamais être soutenus pour éviter leur dilution au sein de la FFA.

La nouvelle instance optera pour la structure associative, sortant ainsi du statut de syndicat professionnel du GEMA. Pour porter les valeurs mutualistes, l’AAM s’engageait sur la seule voie acceptable : soutenir les sociétés d’assurance mutualistes quels que soient leur taille, leur sphère affinitaire ou territoriale, leur chiffre d’affaires… Cela permettait notamment de préserver les assurances mutuelles plus modestes.

Gérard Andreck, administrateur honoraire du Groupe Macif, déclarait en mars 2016 alors que la FFA se construisait :

« En changeant d’échelle, les petites mutuelles ne doivent pas être oubliées ou moins bien traitées ».

Il ajoutait que la FFA devait

« veiller à maintenir un environnement favorable à l’expression des besoins et des questionnements des petites mutuelles ».

C’est en cela que l’AAM peut aujourd’hui aider la Fédération et lui apporter son expertise.

* Du nom de son président, Patrick Jacquot, président de l’Assurance Mutuelle des Motards.