L’acte de naissance : parler d’une seule voix


L’AAM est née en 2016 de la volonté de rassembler les forces de la famille des assureurs mutualistes pour faire face à des enjeux stratégiques majeurs et une pression réglementaire toujours plus contraignante.

AAM et FFA, un destin commun


L’Association des Assureurs Mutualistes est née le 18 mai 2016 afin de réunir le plus largement possible les assureurs mutualistes et leur permettre de peser de toute leur importance au sein de la nouvelle Fédération française de l’assurance (FFA).

La création de l’AAM fait suite à la volonté des anciens GEMA (Groupement des entreprises mutuelles d’assurance) et FFSAM (Fédération française des sociétés d’assurance mutuelles) de rejoindre une fédération qui regroupe tous les assureurs assujettis au Code des Assurances, dont les mutualistes.

Jusque là, le GEMA existait indépendamment de la Fédération française des sociétés d’assurance (FFSA, composée de la FFSAA, de la FFSAM et de la ROAM). Le GEMA et FFSA se réunissaient cependant au sein de l’Association française de l’assurance (AFA, dissoute) pour des discussions communes dans des groupes de travail, mais sans véritable synergie d’action.

La création officielle le 1er juillet 2016 de la Fédération française de l’assurance, la FFA, a donc concrétisé cette réorganisation très attendue qui a permis une simplification du tissu des organismes représentatifs des assureurs.

Désormais, toutes les instances de la famille des assureurs assujettis au Code des Assurances sont affiliées à la FFA, soit :

  • l’AAM qui réunit la quasi totalité des assureurs mutualistes en France (ex-GEMA et FFSAM) ;
  • le G11 qui rassemble les bancassurances ;
  • l’ASAA qui regroupe les sociétés anonymes.

L’urgence d’être rassemblés


La charte de l’AAM en introduction à ses statuts détaille ses principes fondateurs. L’AAM a été fondée sur la conviction que les assureurs mutualistes portent des valeurs, des pratiques de gouvernance et une sensibilité qui leur sont propres, en adéquation cependant avec les principes qui régissent la profession d’assureur.

Il était devenu indispensable de soutenir particulièrement les assureurs mutualistes et de les rassembler au sein d’une seule entité, non seulement face à la dispersion des instances représentatives, mais aussi face à l’avalanche réglementaire au niveau national, européen et international, face aussi à l’ensemble des transformations auxquelles sont confrontés les métiers de l’assurance.

Le poids de l’AAM


Le moyen pour l’AAM de relever ces défis multiples tient d’abord dans le nécessaire rapprochement de tous les points de vue des assureurs mutualistes et dans l’écoute de leurs différences. Puis, cette recherche d’harmonie entre diversités et valeurs communes s’exprime notamment à travers un échange permanent instauré avec la FFA au sein de laquelle les adhérents de l’AAM pèsent de façon substantielle. Sur les 23 membres du Conseil exécutif de la FFA, 9 sont en effet issus du Bureau de l’AAM.

La mutuelle d’assurance, un modèle reconnu…


Depuis de longues années, l’assureur mutualiste s’affirme comme un acteur incontournable du paysage de l’assurance en France. Le modèle de la mutuelle d’assurance reflète une vision sociétale, fondée notamment sur le principe de cohésion face aux crises passées et aux défis futurs. Elle développe aussi sa croissance en portant une vision à long terme de sa gestion, y compris celle de ses actifs, preuve de sa volonté de consolidation et de pérennisation de ses activités au service des sociétaires.

« La première spécificité économique de l’assurance mutuelle est de ne pas avoir d’actionnaires à rémunérer »

Au regard de l’importance des sociétés d’assurance mutualistes – elles détiennent 60 % du marché pour l’assurance dommage des particuliers – et de l’engouement des Français pour ce modèle de gestion et de gouvernance démocratique – « une personne/un sociétaire = une voix » –, l’AAM s’affirme comme le relais naturel de toutes les assurances mutualistes en France, capable de les fédérer et de promouvoir leurs intérêts, de créer des relations pour des synergies et de dynamiser leurs actions.

… et la plus forte croissance du marché mondial de l’assurance


Selon l’ICMIF (Fédération internationale des coopératives et mutuelles d’assurance) dont l’AAM est membre, le modèle coopératif et mutualiste présente la plus forte croissance du marché mondial de l’assurance entre 2007 et 2014, passant, de 23,8 à 27,3 % de part de marché. Les revenus de primes ont augmenté de 28 % dans la même période, contre 11 % pour le marché global de l’assurance.

EN SAVOIR PLUS sur l’AAM et le paysage mutualiste en France et en Europe.